Accident | Cidre brut de pommes à couteau

Cidrerie du Léguer (22)

Prix régulier 6,00€

Taxes incluses.

Un nom mystérieux pour un cidre peu habituel dans les faits, puisque celui-ci est le fruit d'une fermentation non voulu d'une cuve destinée à faire du jus de pommes. Il y en avait une telle quantité cette année là qu'il n'a pas réussi à tout pasteuriser à temps, et voilà qu'une partie de la production s'est mise à fermenter. Un pur accident. Il décide finalement de prendre cette cuve sous son épaule et de mener la fermentation jusqu'au bout. En découle finalement un cidre brut réussi à base de pommes à couteau, acidulé et fruité, mais sans amertume, une belle cuvée par un paysan engagé et aventureux !

Label : Agriculuture Biologique
Récolte manuelle - Prise de mousse naturelle
Sans sulfite ajouté
Cuvée 2020
Alc : 5,5°
75cl
Origine : France - Lannion (22)
-
Cidrerie du Léguer : Après plusieurs années à l’autre bout du monde en tant qu’ingénieur agronome, c’est avec sa femme, Kate, que Cédric Lebloas revient  s’installer en France en 2015. Ils pensaient racheter ensemble des vignes dans le sud, mais finalement c’est sur sa Bretagne natale qu’une occasion inratable se présente: reprendre une cidrerie dans les Côtes d’Armor. L’aventure commence alors en 2016 à Lannion, avec la reprise de ce hangar agricole surplombant la magnifique vallée du Léguer. Cédric est de ces gars là, sûr de lui, franc du collier mais rempli d’humour, originaire de Guingamp certes (l’accent de trompe pas), mais affranchi de toute tradition : “moi je fais comme j’aime”. Et ce qu’il l’aime avant tout c’est la pureté dans les goûts, l’amertume oui, mais pas l'astringence, jouer avec les variétés de pommes locales pour arriver à sortir des cidres francs et précis, clair et net. Quand la plupart vont chercher la vivacité dans les extra-brut, lui vise étonnamment la gourmandise. Ça ne l’empêche pas non plus de s’adonner à quelques folies, en ajoutant d’autres fruits de saison dans les fermentations de pommes en cours, comme le cassis ou la rhubarbe. Son point d’orgue étant de ne jamais ajouter de sulfite dans ses cuvées parce que Cédric sa priorité c’est le vivant. Alors le bio c’était l’évidence. Pas de chimie ici, un problème de musaraigne dans les vergers ? On installe des nids de chouettes dans un coin du champ, elles s’occuperont du reste. En découle un projet cidricole d’une qualité et d’une sincérité rare pour laquelle il était impossible de faire l’impasse, alors foncez !